Logo du Comité de développement social du Haut St-Maurice

À propos du Comité de développement social


Les membres du Comité de développement social

Le comité de développement social c’est quoi ?

Mission

Mettre en place des mécanismes favorisant la qualité de vie et la valorisation des individus et de la collectivité dans une stratégie de coopération des partenaires du milieu.

Mandat

Identifier les problématiques de développement social et les stratégies qui permettent de leur donner une solution adéquate, et ce, dans le cadre d’une mobilisation intersectorielle.

Approche

Le comité de développement social du Haut St-Maurice privilégie une approche intersectorielle de développement intégré et durable pour assurer une meilleure qualité de vie tant aux individus qu’à la collectivité. C’est-à-dire que par une approche de développement intégré, il veut toucher de façon simultanée le développement économique, social et culturel du milieu, tout en assurant un développement qui permettra de satisfaire les besoins des générations actuelles sans compromettre la satisfaction des besoins des générations futures.

Valeurs

  • Solidarité
  • Participation sociale
  • Complémentarité
  • Justice sociale et équité
  • Respect des différences
  • Reconnaissance des potentiels, des capacités individuelles et des milieux

Historique et présentation

Comme le développement social a son histoire, il faut se rappeler que les années 1980 et 1990 ont marqué le Québec de changements, tant au niveau économique qu’au niveau de l’emploi, et ont entraîné nécessairement des exclus du marché du travail. C’est également à cette époque que le Québec traversait la fin de l’état providence, demandant ainsi une répartition nouvelle des rôles et des responsabilités entre le gouvernement, les régions et la société civile dans le développement des communautés. Début 2000, en Mauricie voyait le jour le Consortium en développement social intégrant pour une première fois l’ensemble des territoires de notre belle région. C’est donc dans un contexte de concertation territoriale amorcée en 2001 que les organisations membres du comité de développement social ont pris l’initiative d’élaborer une politique pour le territoire du Haut St-Maurice.

Par cette politique, le comité vise à contaminer le milieu de la préoccupation du développement social, et ce, auprès des différents secteurs de notre communauté. En fait, cette politique permet aux différents acteurs du milieu d’orienter leurs actions : de façon harmonieuse, en liant le développement social et le développement économique, et en développant des pratiques visant à assurer la santé globale de notre communauté.

Le comité de développement social est constitué des organismes suivants :

  • Carrefour jeunesse-emploi (CJE)
  • Centre d’Amitié autochtone (CAA)
  • Centre local d’emploi (CLE)
  • Centre local de développement (CLD)
  • Centre de santé et de services sociaux (CSSS)
  • Commission scolaire de l’Énergie
  • Corporation de développement communautaire (CDC)
  • Corporation de transport adapté (transport collectif)
  • Municipalité de La Bostonnais
  • Municipalité de Lac Édouard
  • Paroisse Saint-Martin de Tours
  • Service d’accueil des nouveaux arrivants (SANA)
  • Société d’aide au développement des collectivités (SADC)
  • Ville de La Tuque

Heureusement, tout n’est pas à construire au niveau du développement social et bien des actions ont déjà été mises de l’avant dans le Haut Saint-Maurice et cela, les membres du comité en sont conscients. Cependant, tous s’entendent pour travailler sur des enjeux qui tournent autour de trois grands thèmes que voici :

1) L’accès à des ressources et des services adéquats

À cause de sa masse critique et de sa situation géographique, le Haut Saint-Maurice est souvent défavorisé par rapport aux quotas et aux normes fixés par l’appareil gouvernemental. Ainsi, nous n’avons pas toujours accès aux programmes ou au financement nécessaire pour offrir à notre population les services et ressources qui existent dans des milieux plus populeux et à proximité des grands centres. Notre territoire est donc souvent exclu lui-même et doit livrer de chaudes luttes afin de s’assurer d’une certaine équité.

En effet, le maintien et l’augmentation d’un plancher de base de services et de ressources destinés à notre population s’avèrent un enjeu important puisque le financement qu’on nous alloue est attribué en fonction de notre population.

2) L’augmentation du sentiment d’appartenance et de fierté

Le Haut Saint-Maurice est un milieu de vie de qualité, il incombe donc de le faire reconnaître de manière à assurer le recrutement et la rétention tant de sa main-d’oeuvre que de sa population. De plus, cette reconnaissance doit augmenter le développement chez la population du Haut Saint-Maurice, d’un sentiment d’appartenance et de fierté accru de manière à réduire l’apathie présente chez une grande partie de la population, et ce, afin de redonner à notre territoire, la réputation d’être un milieu fort, dynamique et où il fait bon vivre.

3) La participation sociale active

Dans le Haut Saint-Maurice tout le monde le sait, la principale industrie, la forêt, entraîne un accès limité à l’emploi pour une certaine partie de la population. De plus, un bon nombre de nos familles vivent de l’assistance-emploi depuis plusieurs années. Ces familles éprouvent non seulement des difficultés à réintégrer le marché du travail, mais vivent également un décrochage social. Ce décrochage est souvent lié à leur état d’isolement, à leur situation financière et à leur préoccupation à combler leurs besoins de base. De plus, nous constatons un écart entre les besoins du marché du travail et la qualification de la population sans emploi. L’accès à un emploi adéquat ou l’engagement social de ces personnes représente donc un enjeu important.

Pour conclure, bien au-delà de cette vision commune qu’ensemble nous nous donnons, les travaux du comité de développement social et la politique qui en découle nous permettent sans nul doute d’orienter nos actions. En effet, en plus de favoriser des initiatives autres que celles déjà entreprises dans le cadre des missions respectives de plusieurs organismes de notre territoire, cette politique est l’hôte d’activités intersectorielles impliquant également les membres de notre communauté.

Retourner au haut de la page